Le café ‘’Ziama’’ qui porte le nom de son origine géographique, est une nouvelle variété de qualité supérieure qui fait actuellement écho à travers le monde, a fait savoir le technologue du Laboratoire en caféiculture au Centre Régional de Recherche Agronomique de la Guinée Forestière (CRRA-GF), basé à Sérédou, M. Gono-yo Traoré, au cours d’un entretien.

M. Traoré a en outre indiqué, que ce café a été retenu meilleur de qualité supérieure en Guinée après avoir organisé un test de tous les  produits actuellement dans les quatre régions naturelles de la Guinée. Le ‘’comportement agronomique’’ du café  Ziama lié à son goût aromatique, acidulé et peu amer, son rendement élevé à l’hectare, sa résistance par rapport aux différentes maladies, sont entre autres les critères qui ont permis au Laboratoire de le classer parmi les meilleures qualités en Guinée, a-t-il ajouté.

Selon toujours le technologue du Laboratoire, une étude comparative approfondie, réalisée par le Laboratoire au cours de l’année 2000, a également permis de savoir que le massif forestier de Ziama a une grande influence sur la qualité du  L’influence écologique du milieu, liée à la pluviométrie (9 mois et plus de pluie sur 12 mois de l’année) et à la végétation verdoyante, fait que n’importe quelle qualité de café planté dans le milieu peut  ‘’se comporter de la même manière’’ , a-t-il fait remarquer.

Il a par ailleurs, plaidé pour un appui technique et financier à l’Association des Producteurs de Café, afin que tout le processus de calibrage et de traitement de la nouvelle variété de café Ziama, soit fait sur place à Sérédou, en vue d’éviter les cas de fraude, a ajouté M. Traoré. Le café Ziama Macenta de Guinée, est un café robusta aux qualités exceptionnelles, proches de celle de l’Arabica. Cultivé en Guinée forestière sur le Mont Ziama, aux confins du Liberia et de la Côte d’Ivoire, le café Ziama Macenta est un robusta particulier : sa saveur est acidulée et peu amer.

Il se distingue par ses arômes persistants, à la fois forts et fins. La qualité de ce café dépend fortement des opérations de récolte et de post-récolte. Les cerises doivent être récoltées de manière sélective à maturité en trois passages. Elles sont triées par trempage puis séchées au soleil avec des remuages réguliers. Le séchage se fait essentiellement au soleil sur claies pendant trois semaines. Les cerises sèches sont ensuite décortiquées mécaniquement en évitant les brisures. Selon de nombreux témoignages des anciens, « au temps des colons, les collecteurs passaient longtemps à Macenta pour augmenter la qualité de leur mélange ». Le café de Macenta a ainsi acquis une notoriété auprès des importateurs et des torréfacteurs durant cette période. Il est encore utilisé aujourd’hui pour relever la base des cafés de plus mauvaise qualité.